vendredi 22 octobre 2021

Suivez le fil d'actualités @cfdtausy  et abonnez-vous à notre liste de diffusion Newsletter CFDT !

Malgré un contexte économique tendu par la crise sanitaire que nous traversons depuis maintenant un an, la Direction a abordé cette NAO 2020 avec une enveloppe financière. Là où par le passé aucun engagement préalable n'était apparent, la CFDT note une approche plus pragmatique et moins cosmétique. L'enjeu était donc d'obtenir un consensus sur une revendication exploitant cette dite enveloppe.

La Direction proposa de la destiner à améliorer l'indemnité journalière de télétravail ou encore de réévaluer la valeur faciale du ticket-restaurant. Concernant le télétravail, la CFDT estime que ce sujet doit faire l'objet d'une négociation spécifique pour aboutir à un accord engageant dont notamment une indemnité dépassant l'Euro symbolique journalier promis en terme d'avancée... La Direction a acté le début de négociations à partir du mois d'Avril et la CFDT en fait son sujet prioritaire du moment.

Concernant le titre restaurant, la CFDT ne souhaite pas ponctionner le pouvoir d'achat des salariés en ces temps délicats : l'augmentation de la valeur faciale agit mécaniquement en accroissant la participation financière du salarié ( dans un rapport stable de 40% salarié / 60 % employeur). Evaluant une voie prioritaire parmi tant de sujets à faire progresser, la CFDT a  proposé que la Direction améliore sa participation dans les cotisations au régime frais de santé, un secteur particulièrement sous les feux de l'actualité et dont l'activité subit une tension accrue. La Direction accepta d'étudier cette piste et propose donc aujourd'hui les évolutions suivantes dans les rapports de cotisations au régime des frais de santé :

  •  Catégorie Cadres :
    • Participation employeur : 55%  (anciennement 50%)
    • Participation salarié : 45% (anciennement 50%)
  • Catégorie ETAM :
    • Participation employeur : 65% (anciennement 58%)
    • Participation salarié : 35% (anciennement 42%)

La CFDT se félicite de cette évolution qui marque un virage inédit dans l'entreprise avec une participation majoritaire de l'employeur dans les régimes de frais de santé des salariés. Rappelons qu'avant la loi santé de 2016 obligeant l'employeur a financer a minima à 50%, le régime obligatoire était pris en charge à seulement 27% par l'employeur en 2013. C'est enfin l'aboutissement d'une de nos demandes dans la négociation du régime en 2017 qui se trouve entendue.

Cette avancée se caractérisera par les gains de pouvoir d'achat sur votre salaire évoqués dans les tableaux ci-dessous selon votre catégorie et votre niveau de rémunération :

            

Cet aménagement des répartitions de cotisations, s'il génère des gains qui peuvent être relatifs, est important vis-à-vis de l'avenir et des enjeux ultérieurs amenés à peser sur le financement de la mutuelle. Le premier que nous allons rencontrer est la  « contribution exceptionnelle à la prise en charge des dépenses liées à la gestion de l'épidémie de covid-19 », dite « taxe Covid », assise sur les cotisations de complémentaire santé. Sa prise d'effet n'est pas encore connue dans notre régime, la Direction devra entamer des discussions avec son gestionnaire AON afin de négocier son impact. Pour l'heure, cette contribution ne serait appliquée que sur les cotisations perçues au titre des années 2020 et 2021. Nous en saurons plus lors du deuxième semestre 2021, pour l'instant réjouissons-nous de cette évolution significative dont la prise d'effet est prévue dès le mois de mars 2021 !

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir